ACTUALITÉS - France & Étranger

Actualités - par

Tempête de neige historique le 11-12 mars 2013

Il y a 5 ans, une tempête de neige exceptionnelle a paralysé le nord de la France, de la Normandie au bassin parisien et aux Ardennes. Retour sur un événement historique.

Cette tempête de neige historique, surtout pour cette époque de l'année, a paralysé la Normandie, le nord du bassin parisien, la Picardie et le Nord-Pas-de-Calais. Avec le vent d'est, des congères de 2 mètres se sont formées et les températures sont restées négatives entre le 10 et le 13 mars 2013.

 

 

De très fortes gelées

Mars 2013 a été un mois très froid avec une moyenne de 10 à 20 matinées durant lesquelles des gelées ont été observées, contre  5 à 10 en moyenne. En plus d'être fréquentes, ces gelées ont été particulièrement sévères puisque certains matins enneigés, les températures sont descendues sous les -10°C à Lille, Creil, Beauvais, Evreux, Saint-Quentin, Charleville-Mézières et Pontoise, situées au nord de Paris. Pour Lille (-10,5°C) et Beauvais (-12,1°C), il s'agit de records de froid absolus pour un mois de mars.

 

Des chutes de neige record au nord

C'est véritablement à partir du 10 mars que l'offensive hivernale dans le nord de la France a débuté avec des chutes de neige sur les régions voisines de la Manche, qui ont été exceptionnelles à plus d'un titre. Tout d'abord, elles se sont produites au mois de mars. De telles offensives neigeuses, sur des superficies aussi importantes, se produisent habituellement au coeur de l'hiver et météorologiquement, le mois de mars est le premier mois du printemps. Les quantités ont été très importantes avec des hauteurs de 50 cm de neige qui sont tombées dans la région de Cherbourg et sur le pays de Caux. De telles quantités au mois de mars se produisent en moyenne une fois tous les 80 ans. Autre fait étonnant, ces chutes de neige n'ont pas été précédées de redoux, comme cela arrive souvent au mois de mars. Au contraire, le froid s'est accentué par la suite. D'autre part, cette neige s'est accompagnée de rafales de vent d'Est, avec des congères de 2 mètre qui se sont formées sur les chaussées, paralysant de nombreux axes routiers. La nationale 13 a été bloquée pendant 24 heures entre Cherbourg et Caen, l'A1, rendue par endroit impraticable par le verglas, a  été coupée entre Lille et Paris.  La circulation des trains grande lignes entre Paris Saint-Lazare et la Normandie s'en trouva également fortement perturbée.

La neige s'est maintenue jusqu'à à la veille du premier jour du mois d'avril sur les bas-côtés de certaines routes départementales et sur certains coteaux de la Seine-Maritime en raison d'un froid vif persistant.

 

Reporters - Paris 75000
Crédit : La Chaîne Météo

Lire aussi :

40 cm de neige à Paris le 3 mars 1946

La tempête de neige du 13 mars 2013

40 cm de neige à Paris le 3 mars 1946

Crédit : La Chaîne Météo
Crédit : La Chaîne Météo
Crédit : Météo Basse Normandie
Crédit : La Chaîne Météo
Crédit : La Chaîne Météo
Retrouvez les prévisions météo pour votre ville, par téléphone, au 3201*
Réagir
 
Erick64 15/03/2018
J'ai même vu des restes de congères dans l'intérieur du Calvados vers le 10 Avril, soit un mois après la tempête

11/03/2018
Seul new York connais sa ou le Québec ou Sibérie ect.... La france c'est rarissime mais on était pas habitué face à ce risque climatique

11/03/2018
je m'en rappelle dans le 76 . Mon anémomètre avait relevé 100/110 km/h sur Dieppe et relevé 24/40 cm par endroit . 1 metre de congère sur les bord vraiment les bord . On aurait dit les USA Trop beaux pour les yeux

Antostef 11/03/2018
Cet année la on a battu tous les records d enneigement dans les pyrénées avec plus de 8 mètres de neige a Cauteret. Les anciens dans les pyrénées ont zappé cet hiver historique pour nous parler des années 50 ; mais bon c était mieux avant.

12/03/2018

Reflexion321 11/03/2018
C'était superbe,de telles conditions sont hélas très rares !